FN: Coup de gueule des Jean-Kévin contre les noms étrangers

A 24h du premier tour de l'élection présidentielle, la rédaction est allée à la rencontre des Français de souche en Alsace-Moselle, pour prendre le pouls de la fronde populaire contre l'immigration incontrôlée et le grand remplacement, véritable mouvement de révolte qui a trouvé sa championne en une héritière bourgeoise qui a grandi dans un putain de château à Saint-Cloud.

 

"Marine c'est ma caïd." Stévenn Blücher, patron de café à Hayange, nous raconte avec fierté son parcours politique. "Tant que c'était les Portugais, les Italiens, les Espagnols, les Grecs, les Arméniens, les Juifs alsaciens, les Suisses allemands, tout allait bien - eux, on les a toujours accueilli à bras ouverts parce qu'ils faisaient des efforts pour s'intégrer. Mais là, on a affaire à une bande de zouaves qui arrive dans notre pays pour nous piquer notre boulot, parce que attendez, vous, vous êtes des journalistes, mais moi, mon cousin Kylian, tout ce qu'il voulait c'est nettoyer des chiottes de Macdo et bim, ils ont embauché un Roumain! Ils bossent pas, ils vivent des allocs, et ils donnent même pas des noms français à leurs gamins!"

 

Même constat chez Kévin de Souza. "Non mais ici, dans une classe de 30, vous avez 5 Mohamed et 2 Mehmet, cherchez l'erreur. Ils pourraient s'intégrer un peu, je sais pas, ça les tuerait d'appeler leur gamin Jordan ou Enzo, comme tout le monde? On est vraiment envahis par le grand remplacement, moi je vous le dis, c'est le calife Abdarrahman III de Grenade qui a dit en 750 "Nous allons conquérir l'Occident non par les armes, mais en inondant les Francs de petits Momo, Allah akbar!" Décidément, Kévin est mordu d'histoire. Mais Abdarrahman III de Grenade n'était-il pas homosexuel? "Mais moi je vous le dis, je vous vois venir avec votre mépris si parisien, moi j'ai vu la citation dans une image de Minions sur le Facebook de Nadine Morano, c'est que c'est in-di-scu-table, monsieur!"

 

Natacha, 22 ans, mère célibataire à Madrange, précise qu'elle n'a rien contre les muzz, mais qu'elle ne se sent plus chez elle. "Dans le temps on avait des boucheries chevalines. Maintenant c'est des kébabs et des barbiers compétents sur les cheveux épais. Moi j'ai mal à ma France, je sais pas dans quelles condition va grandir mon petit Jean-Braïllane. On est chez nous, enfin !" "Wesh, même leurs enfants ils ont des prénoms étrangers", nous explique son frère Djézone, 18 ans. "Et vous savez le pire dans tout ça, c'est cette bande de cucks cosmopolitistes qui trouvent rien de mieux à faire qu'appeler leur gamin Ilan ou Djibril. Moi et mes kheys du 15-18 on va tous voter Marine parce que les nababs mondialistes sous la coupe des lobbies ne font rien pour désenclaver le bled. Vraiment là, j'en ai marre des bougnoules," nous précise-t-il, "même mon toubib me dit que je suis un chouïa stressé."

 

NDLR: Nous gardant bien d'émettre le moindre jugement et/ou analyse sur les raisons derrière vos opinions à la con, nous précisons que la rédaction d'AL se contentera  de relayer les propos de beauf pour contribuer à les légitimer et ainsi vendre d'autant plus de papier après chaque attentat. Bisous.

Écrire commentaire

Commentaires : 0