Hofer : "je ne pige pas pourquoi j'ai perdu, je suis pourtant raciste et misogyne."

A la surprise générale, Norbert Hofer a une fois de plus perdu contre Alexander Van der bellen, soit deux défaites en six mois : le coup est dur pour le FPÖ, qui ne comprend pas les raisons de son échec, échec d'autant plus cuisant que le candidat d'extrême droite a perdu avec plus d'écart qu'en mai dernier.

 

Hofer est démoralisé :

 

"J'ai pourtant tout compris aux gens. Ils détestent les migrants, les femmes, les noirs, les homosexuels et les études. Jeleur offrais la possibilité d'exprimer tout cela. je ne comprends pas ce qui ne les a pas attirés. J'ai tout donné, j'ai dit que les femmes étaient des tares pour le monde du travail et que les arabes étaient laids et ne savaient pas parler le moindre dialecte autrichien. C'est à n'y rien comprendre."

 

Strache, chef du parti, trouve tout de même du positif dans cette défaite :

 

"46% de racisme et de complotisme ce n'est pas si mal, en plus maintenant que Norbert a perdu, on va pouvoir virer ce boiteux et s'en prendre aux handicapés. On aura vraiment tout ce qu'il faut pour gagner."

 

Entre mai et décembre, Van der Bellen avait fait campagne dans les zones les plus reculées de l'Autriche, ce qui lui a valu un bon nombre de votes de la part de petits villages qui votaient Hofer, un fait qui peut sembler banal en France, mais dans un pays de huit millions d'habitants, chaque voix compte (van der Bellen avait eu 30.000 voix d'avance en mai). Au cours de ces mois, les zones dirigées par le FPÖ ont montré une certaine insatisfaction et ont finalement décidé que se faire annexer par une hypothétique Allemagne néo-aryenne ne leur plaisait pas.

 

Et Hofer de conclure : "Puisque la haine se démode, je vais me convertir à l'Islam."

Écrire commentaire

Commentaires : 0