Après un long discours sur les méfaits du capitalisme, il s'allume un joint de beuh cultivée par des sud-américains sous-payés

Ce qu'a fait cet homme vous surprendra ! Loin de se contenter d'être un spécimen d'anarchiste, Jérémy, 22 ans, a tenu à partager ses opinions sur le capitalisme avec un groupe d'interlocuteurs absolument indifférents à la question. Pour le jeune intermittent du spectacle, lequel n'a jamais eu son bac en raison « du système qui veut faire grimper les poissons aux arbres, et moi je suis un poisson tu vois, je nage mais je grimpe pas », le système économique mondial actuel n'est pas pérenne, et il serait urgent d'adopter un autre mode de vie.

Il a donc tenu à expliquer, en détails, comment il évite les produits issus de l'industrie, privilégiant les petits producteurs, et fait régulièrement le marché plutôt que d'engraisser les grands revendeurs, afin de stimuler l'économie locale. Il s'est également lamenté pendant un quart d'heure sur les sort des « pauvres petits chinois qui travaillent pour un bol de riz par jour au Bengladesh »

 

 

Ensuite, très fier de l'effet de son discours sur ses interlocuteurs (Lucas, l'un de ses amis présent ce jour-là, nous a confié : « on sait que la seule solution pour qu'il se taise c'est d'avoir l'air d'accord avec lui »), Jérémy a entrepris de se rouler un joint, et a fumé une beuh issue du travail sous payé de quelques latinos en Amérique du Sud.

Écrire commentaire

Commentaires : 0