43% des américains préfèrent toujours la sociopathie à la pneumonie

Clinton prise de vertiges lors de la cérémonie du onze septembre, l'image a fait le tour du monde et certains s'interrogent quant à la santé de la candidate démocrate. Les théories fusent : pneumonie (version officielle), VIH, cancer, Lupus érythémateux, usage de doubles... dans tous les cas, les partisans de Trump sont clairs : "on ne peut pas élire une dame qui est malade, elle va nous claquer dans les bras et de toute manière c'est une connasse. Une connasse malade, en plus. On peut pas s'y fier."

 

Ils admettent toutefois avoir moins de problèmes lorsqu'il s'agit de faire confiance à un certain Donald, mythomane narcissique et sociopathe notoire qui propose de déporter plus de 10 millions de personnes sans autre forme de procès, admet ne pas respecter les femmes, achète ses propres livres pour booster sa "popularité" et n'aime visiblement pas les handicapés.

 

Dan Lowers, 42 ans, vit dans le Dakota du sud et nous explique que "la sociopathie, tu vois, c'est un problème mental à la rigueur mais au moins ça abîme pas les poumons. C'est sans doute pas contagieux, moi je préfère un sociopathe pas contagieux à une pneumonisationnée dangereuse qui voudrait que tous les ricains soient juifs ou pire, mexicains. Mexicains femelles, même. Je sais plus. C'est très clair pour moi en tout cas."

 

La pneumonie se soigne en quelques semaines, qu'elle soit virale ou bactérienne, tandis que la sociopathie se soigne généralement en plusieurs décennies mais une fois encore, les théories sont nombreuses, puisque Clinton serait atteinte de nombreuses maladies et utiliserait des doubles pour faire passer un message démocrate communiste "pro-nègro-féministes mes couilles", continue Dan. 

 

Clinton affirme aller mieux et ses supporters ont salué son courage et sa détermination. "Elle était à la cérémonie malgré son état de santé, c'est incroyable." dit Susan, 28 ans, qui va parfois au boulot quand elle a la grippe. 

Écrire commentaire

Commentaires : 0