Lille: Création du Comité de Défense Anti-antiraciste

Tumblr, on le sait, a beau parfois passer pour le colocataire plagieur de Reddit ou le cousin pansexuel de 4chan, il n'en reste qu'il produit son lot de belles histoires dans le monde réel, ou "I.R.L.", comme on dit.

 

En témoigne la belle histoire de Jean-Kev, un suprémaciste blanc de 26 ans qui lutte pour l'inégalité entre les races au sein du Comité de Défense Anti-antiraciste (C.D.A.A.R.), en sus d'une présence soutenue sur 8chan et au sein de la Communauté des Ursido-identifié-e-s Néo-nazi-e-s de Tumblr (C.U.N.T.). L'engagement du jeune Lillois, commencé sur les tags #anti-sjw, #trump et #racial-realism, a débouché sur la mise en place d'un safe space pour ses compères soucieux de laver la France de l'affront de la Rassenschande, le bar lillois "La Citadelle", qui pratique ouvertement la ségrégation sans états d'âme de bienpensants droits-de-l'hommistes. C'est là que nous le rencontrons en compagnie de son ami Jean-Braillane sur présentation sommaire de nos certificats de non-judéité.

 

"Notre engagement", explique Jean-Kev, "nous est venu suite à la constatation d'un problème que les personnes européennes rencontrent au jour le jour dans notre pays. En effet, cette société subvertie par la bienpensance cosmopolitiste ne se soucie guère des triggers que peuvent constituer chez nous la vue d'un bébé métis ou d'un McBagel au bacon. C'est pourquoi tous nos produits vendus à la Citadelle sont labellisés "commerce racialoréaliste" car produits uniquement par des personnes de race européenne sans l'entremise de main d'oeuvre sémitique, et ce dans notre belle région Hauts-de-France, afin d'assurer à notre clientèle une consommation en toute sérénité." 

 

S'inspirant des mouvements en ligne en faveur de la justice sociale, le féminisme troisième vague et l'antiracisme, nos amis skinheads s'approprient volontiers, avec un soupçon de facétie d'une naïveté somme toute charmante, la rhétorique de leurs opposants de chez Black Lives Matter.

 

"Tout ce que nous voulons, en somme", relate le jeune homme dans son charmant timbre ch'timi, "c'est ne pas être en permanence confrontés aux micro-agressions que constituent la vue d'un individu basané lorsque nous essayons de passer un bon moment en compagnie de nos frères du peuple suprême autour d'un verre d'Edelweiss, et c'est pour celà que nous assumons le parti pris de ne pas tolérer la présence de ces individus au sein de notre établissement. Cela ne ferait que nous rappeler toutes les humiliations de notre fière histoire telles que le retrait d'Algérie Française ou l'absurde abolition de la traite négrière. Même si nous pouvons avoir de très bons amis congoïdes, ils doivent comprendre qu'ils ne peuvent être que de simples alliés de notre lutte, et ne pas vouloir en permanence s'incruster dans notre narrative en voulant faire leur B.A. du jour." 

 

Surpris quant à cette information nouvelle, nous demandons à Jean-Braillane de nous donner des exemples d'appropriation culturelle blanche par les non-européens.

 

"Non mais plein de gens nous le disent, et même là l'autre jour, mon voisin de palier non-européen me disait: 'Hey, Jean-Biloute! Suce mes grosses boules, facho de mes deux!' Suite à quoi, je lui ai calmement expliqué que bien que sa tentative d'étendre la question de la race à des considérations intersectionnelles telles que la question des invertis me touchait, c'était un sujet sur lequel il aurait gagné à écouter les personnes blanches avant de vouloir s'exprimer comme ça, de but en blanc - sans mauvais jeu de mot, ahah."

 

Bien que l'ouverture de l'établissement cet été ait pu provoquer quelques remous de controverse au sein de la gauche lilloise, nous sommes tombés sous le charme de ces beaux jeunes gens luttant pour la pureté de la race blanche, et ne doutons pas que leur projet fera des émules. Et puis, ce n'est jamais qu'un bar. Que pourrait-il bien arriver de si grave?

 

Prochainement: Ce dauphin nous explique son engagement pour Henri de Lesquen.

Écrire commentaire

Commentaires : 0