Robert Ménard demande si on peut écrire "Arbeit macht frei" sur le nouveau camp de migrants.

Paris - Anne Hidalgo a annoncé la construction d'un nouveau camp fin mai et devait détailler aujourd'hui les modalités de sa construction et son organisation, ce que Robert Ménard (Béziers) n'a visiblement pas compris.

 

Le maire aux propos controversés a encore fait parler de lui après avoir tenu un discours quelque peu étrange et teinté d'histoire :

 

"C'est bien qu'on fasse un nouveau camp, comme ça on pourra insulter les migrants dans un lieu couvert et sans avoir à supporter la pluie ou les gaz d'échappement. J'imagine que la SNCF est ravie de participer au projet et construira une splendide ligne à sens unique. J'aimerais y travailler moi-même, je m'y connais en camps. Je me sentirais toutefois plus à l'aise si on pouvait écrire "le travail, c'est la liberté" sur le camp. En allemand de préférence."

 

C'est une Hidalgo outrée qui lui a répondu sur Twitter en sous-entendant que Ménard était fortement nazi :

Monsieur Ménard n'a pas encore répondu.

Écrire commentaire

Commentaires : 0