Écrire de la merde d'ado pseudo-dépressif engagé en allant à la ligne n'en ferait pas de la poésie

BREAKING NEWS - Après plusieurs mois de réflexion, l'Académie Française et de nombreux auteurs ont soumis plusieurs centaines de textes à une équipe composée de linguistes et de chimistes et les résultats sont clairs : "la merde pseudo-lyrique que les ados néo-anarchistes en dépression mes burnes écrivent n'est pas de la poésie, et le vers libre c'est de la merde."

 

Il est apparu

Qu'écrire ainsi au gré des strophes

Sautant par-ci

Plongeant par là

Pour mieux graver entre les lignes

Serait à la poésie

Ce que la merde est à Christophe Colomb.

 

Triste nouvelle pour la nouvelle génération de poètes qui va devoir se mettre à étudier, à saisir la beauté d'un poème en vers léonins et l'intérêt d'un zeugma ou d'une asyndète, la surprise apportée par une apocope ou encore la fierté que l'on ressent en faisant de l'art, du vrai.

 

Martin Niqueplume, chercheur en littérature et linguiste, nous explique :

 

"L'art n'a que faire de libertés. L'art est un oiseau que l'on ne peut dessiner qu'avec une cage, c'est aussi valable pour la poésie et quand on prétend faire de la poésie, on ne se contente pas d'être vaguement lyrique. On y croit, on s'impose des contraintes, des obstacles, et surtout on réfléchit à ce qu'on dit."

 

Cimer l'Académie Française.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    seks tel (mercredi, 30 novembre 2016 00:52)

    romanistka