Mouiller aux coagulants, la nouvelle solution pour moins saigner quand on se fait violer en Afrique du Sud.

Rustenberg, Afrique du Sud - Ici, une femme sur 4 sera violée au cours de sa vie, une situation qui alarme MSF dans un pays où peu de gens sont informés quant aux dangers du VIH et où 5% des agressions sont reportées à la police.

 

Les soins sont chers, la prise en charge peu efficace, les autorités ont donc décidé de s'associer à des médecins non-diplômés et d'injecter à chaque femme une "substance miracle" qui devrait minimiser certains des dégâts causés par un viol. Leon Misbruiker, ancien étudiant en médicine reconverti dans la boucherie, explique :

 

"On leur injecte des coagulants. Directement dans les parois vaginales, comme ça quand elles se font violer ben si elles mouillent un tout petit peu le sang coagule plus vite et elles ne meurent pas des suites de leurs blessures. Pour ce qui est des dégâts psychologiques, on ne sait pas encore ce qu'on va faire mais on va sans doute leur suggérer de se taire."

 

Un grand pas en avant pour ces femmes qui ne semblent toutefois pas convaincues, de nombreuses étudiantes avaient déjà défilé en avril et ne cesseront pas d'exprimer leur colère. A Rhodes, elles avaient dénoncé l'inaction du gouvernement et l'impuissance volontaire des administrations.

Écrire commentaire

Commentaires : 0