Apprenant qu’il n’y aura pas de vin blanc à l’apéro, il renonce à aller manifester.

La France a, ces derniers mois, été la proie de divers mouvements sociaux, en réponse à la loi El Khomri. La vie de ces mouvements encore jeune est cependant mise en péril par une multitude d’évènements contraires.

 

Ainsi, un évènement survenu il y a une poignée de jours au cours de l’organisation d’une manifestation a relativement ébranlé les syndicats niçois.

 

C’est à la réunion des leaders de la protestation à Nice, la veille d’une manifestation dont ils peaufinaient l’organisation, que s’est déroulé l’incident.

 

Le président du cartel intersyndical annonçait alors le programme de l’apéro, lequel était essentiellement constitué de bières bon marché. Soudain, Patrick F, syndicaliste dévoué, lance : “et pas de vin blanc ?”

De surprise, l’homme se lève de sa chaise. Lorsqu’on lui confirme qu’effectivement, aucune bouteille n’est prévue, il décide d’être radical : Patrick quitte la salle.

 

Il faut quelques secondes à la stupéfaction générale pour s’évaporer. Mais dès que la salle prend conscience de l’ampleur du problème, une dizaine de syndicalistes quittent la réunion à leur tour.

 

C’est un véritable mouvement social.”

 

Patrick lui-même n’a pas encore tout à fait conscience de ce qu’il a engendré. Il s’est confié au micro de notre rédaction : “Je sens s’amorcer un grand changement. Nous sommes un mouvement de protestation contre un mouvement de protestation. Et tous ces gens sont réunis par une idée commune. C’est un véritable mouvement social.”

 

 

Le mouvement, encore jeune, n’a pour l’instant que cette seule action à son actif, mais Patrick ne nie pas espérer beaucoup plus.

Écrire commentaire

Commentaires : 0