Merkel en Syrie : « l'Allemagne a toujours su tirer le meilleur des camps. »

La chancelière allemande s'est aujourd'hui rendue en Turquie, afin de visiter un camp de réfugiés situé à la frontière avec la Syrie.

Cette visite a tout d'un voyage diplomatique ordinaire, fort pertinent quand on sait la position de la chancelière sur l'immigration. Cependant, il semblerait que derrière des dehors philanthrope se cachent des intentions plus politisées.

 

C'est par membre proche de l'administration Merkel qu'a fuité l'information : la visite du camp aurait en fait pour but de recruter des Syriens « compétents, pouvant être profitables à notre économie », pour ensuite les faire discrètement passer en Europe. Il s'agirait donc d'une volonté non assumée de l'implacable machine allemande d'exploiter la situation difficile de la Syrie.

 

La plupart des diplomates proches de la chancelière, interrogés, n'ont pas souhaité s'exprimer. Certains d'entre eux ont cependant tenu à souligner sa perspicacité, en effet « être assez con pour ne pas vouloir d'arabougnoules™ chez soi, c'est bien un truc de Français. Comment une main d'oeuvre qualifiée, mais dont on peut se permettre de bafouer légèrement les droits, pourrait-elle ne pas nous être profitable ? »

 

Les milieux extrémistes allemands, mis au courant de la situation, n'ont eux-même pas manifesté leur opposition. Richard Kuchen, responsable d'un groupe néo-nazi à Berlin, se dit prêt à accueillir les Syriens à bras ouverts « tant qu'ils sont blancs et travaillent. »

 

Notre informateur reste cependant réservé sur les chances du projet de Mme Merkel d'aboutir. En effet, il estime qu'il sera difficile de séparer les réfugiés compétents de ceux dénués de formation. Et ce, d'après lui, d'autant plus que «  ces arabougnoules™ ne parlent même pas allemand correctement. ».

 

 

La rédaction réserve sa position, en attendant une quelconque avancée dans les plans de la chancelière.

Écrire commentaire

Commentaires : 0