N'autoriser le sexe qu'après les repas, la nouvelle mesure contre le Sida au Swaziland

Lobamba - Après des années de silence, le roi Mswati III s'exprime enfin sur le VIH, avec en prime une proposition qui devrait ralentir l'épidémie dans ce petit pays d'à peine plus d'un million d'habitants qu'est le Swaziland.

 

Au Swaziland, 28% de la population adulte avait le sida en 2015, la maladie est la première cause de décès dans le pays (65% des décès environ) malgré l'utilisation de préservatifs par une partie de la population. Mswala III a tenu un discours rassurant dans la matinée : 

 

"Mes chers citoyens, lorsque j'ai réparti les ressources du pays j'ai choisi d'en prendre 90% des richesses pour vous laisser 90% du sida et je réalise que c'était une erreur. Même si vous avez seulement le sida dans un quart des cas, je sais que pour vous c'est un problème.

J'ai demandé à mon bon ami le docteur Mewiwili qui voit tout sait tout et peut ramener l'être aimé ce que le sida était exactement et il m'a répondu 'Majesté, le sida est une maladie qui se transmet en faisant l'amour'. 

Aussi, c'est terrible et je le sais mais je pense qu'on peut combattre la maladie et endiguer sa progression en faisant moins l'amour.

J'interdis donc les rapports sexuels avant les repas. 

Dieu vous bénisse mes amis."

 

La population a salué la clairvoyance du dirigeant, en effet plus de deux adultes sur trois ne mangeront pas avant deux jours, l'agriculture dans le pays étant mal gérée.

Écrire commentaire

Commentaires : 0