Mourir de froid, la nouvelle manière de moins ressentir les effets de l'alcool

Tout le monde connait les effets calorifiques de l'alcool, mais dans une société où l'alcoolisme devient de plus en plus fréquent, les citoyens réfléchissent à des moyens de contrer leurs nouveaux problèmes.

 

La solution à l'alcoolisme a été trouvée par un sans-abri du nom de Joseph. L'homme, âgé de cinquante ans, ne cache pas qu'il est sûr de lui :

 

"Oué y a pas d'doute hein. On peut tout à fait ne pas êt' beurré comme un coing, suffit d'accepter de crever de froid comme un gros déchet en hiver."

 

Des séries de tests ont été réalisées à Caen sur une cinquantaine de cobayes, 30 hamsters et 20 rats, tous rasés et placés dans un environnement à -5 degrés celsius.

 

Après 10 heures, les cobayes meurent en tremblant s'ils sont sobres tandis qu'ils meurent sans trembler et au bout de 30 heures s'ils sont ivres, à l'exception de Mimi, hamster de 3 mois, mort des suites d'un coma éthylique, ce qui confirme les théories sur l'alcool et le froid.

 

Là où les résultats deviennent intéréssants, c'est quand l'expérience est réalisée sur des cobayes ivres mais placés à différentes températures. A 20 degrés le hamster reste ivre, à 0 degré il se fige et songe plus à sa survie qu'à son foie.

 

Une grande avancée.

Écrire commentaire

Commentaires : 0