La "jungle de Calais" rebaptisée "petit bosquet de Calais"

L'évacuation progressive de la partie sud de la "jungle de Calais" ne se fait pas sans heurts mais avance tout de même sûrement depuis le 29 février. Il reste toutefois plusieurs centaines de migrants dont de nombreux mineurs mais Valls assure que l'évacuation "prendra le temps qu'il faudra pour apporter une réponse humanitaire et sincère aux besoins des migrants" malgré les actions de quelques associations.

 

Ces associations, qui ont tenté d'empêcher l'action de l'Etat, déplorent des violences de la part de certains agents de l'ordre et la destruction d'abris encore habités dont il a fallu sortir les occupants par la force; les migrants eux-mêmes ont résisté et pris les armes (barres de fer) pour manifester leur mécontentement.

 

Le président Hollande a tenu à apaiser les esprits et à prouver qu'il voulait-et veut toujours-offrir un lieu de vie plus convenable aux familles de réfugiés :

 

"La 'jungle' n'est pas un lieu de vie humain, comme son nom l'indique. Les abris sont en mauvais état, l'espace se bidonvillise et les tensions montent.

Cette évacuation libère de la place, et déplacer certaines familles dans des centres va nous permettre d'en finir avec la 'jungle de Calais'. Nous rebaptisons d'ailleurs la zone 'petit bosquet de Calais', c'est un pléonasme donc c'est amusant et ça fait tout de suite plus gentil."

 

La situation va sans doute grandement s'améliorer.

Écrire commentaire

Commentaires : 0