Allemagne - Il crée la surprise en agressant d'autres gens que des réfugiés.

Dresde - La joie des habitants après l'attaque d'un foyer de réfugiés suscite l'indignation en Allemagne. C'est la seconde attaque de ce type en moins d'une semaine sans compter les cas plus isolés et la vidéo diffusée la semaine dernière dans laquelle on entendait des citoyens scander "wir sind das Volk".

 

Alexander Schwanzenlutscher a 20 ans, il vit à Dresde et regardait, impuissant, les tragiques évènements se dérouler dans sa ville :

 

"Ça devient banal ici. Tabasser un migrant c'est aussi normal que boire son café pour certains. J'en ai eu assez, assez qu'on s'en prenne aux migrants, assez de ces attaques racistes. J'ai voulu retourner à la source."

 

Vers 7h ce matin, il prend le fusil de son père, rentre dans une boucherie et tire une balle dans la tête du propriétaire. Son exploit lui vaut une arrestation, ce qui ne le surprend pas, bien au

contraire :

 

"Voilà, ça c'est un vrai crime ! Aucun motif que dalle, juste pour la détente et la beauté du sport, on va faire ses achats et la BAM un mec débarque avec un fusil et flingue le boucher avant de partir en chantant l'hymne national sans la troisième strophe. Personne s'y attendait puisque le boucher était allemand, ha ha C'est ÇA la vie.", raconte-t-il aux policiers.

 

La surprise est énorme, les habitants sont choqués et se demandent comment une telle horreur peut encore arriver de nos jours mais Thilo Muschilicker, 45 ans, nous rassure :

 

"Les tarés comme lui c'est rare hein. Aujourd'hui on attaque les gens en ayant un motif, même débile. D'ici deux trois heures quelqu'un aura cassé la figure à un migrant et tout rentrera dans l'ordre."

Écrire commentaire

Commentaires : 0