Brexit : la Corée du Nord veut prendre la place du Royaume-Uni.

Quatre points bloquent le débat sur le Brexit, et si l'UE souhaite que Cameron fasse campagne pour le "oui" au référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE, le premier ministre anglais n'est pas facile à satisfaire :

 

•La possibilité pour un membre de l'Eurozone de modifier l'agenda du conseil européen

 

•Une restriction de 7 ans pour l'accès aux droits sociaux au Royaume-Uni pour les nouveaux citoyens

 

•Une modification de traités nationaux en faveur du Royaume-Uni

 

•Enfin, que des réductions de prestations familiales, que réclame Londres pour les non-Britanniques dont les enfants sont restés vivre dans des pays à moindre coût de la vie, soient rétroactives.

 

Bruxelles et Visegrad s'opposent aux demandes de Cameron, la Belgique refuse une Europe sans cesse plus étroite tandis que la Pologne et la République Tchèque n'acceptent pas les directives de Cameron sur les aides sociales.

 

D'autres semblent en revanche très satisfaits de la situation. C'est le cas de Kim Jong-Un, leader très connu de la Corée du Nord, qui a officiellement annoncé la candidature de son pays à l'entrée dans l'UE :

 

"Si la rosebeefie sort de l'UE alors je veux y rentrer. Très très fort hein, je le veux vraiment. La Corée du Nord a tout ce qu'il faut, les droits de l'homme, de l'argent, une profonde haine de toute forme de raison, un parti politique efficace, nous savons solutionner les conflits migratoires, nous avons une technologie avancée...l'UE ne saurait nous rejeter."

 

Le conseil européen a pris la demande au sérieux mais pas dans le bon sens. D'après Merkel, "cette demande est une insulte en bonne et due forme, Kim Jong-Un se moque de l'UE, du Royaume-Uni et de toutes ces années de travail. Il n'est qu'un enfant capricieux qui veut aujourd'hui entrer dans l'UE et demain voudra lancer des missiles bas de gamme."

 

Et Cameron de conclure "désolé mon petit jaune."

Écrire commentaire

Commentaires : 0