Le médecin de Christine Boutin annonce la sortie d'un "patch soignant l'homosexualité"

"La médecine progresse sans cesse et c'est non sans retard que l'avenir de l'humanité se concrétise de plus en plus grâce à la sortie d'un tout nouveau patch qui permettrait enfin de devenir hétérosexuel."

Le docteur Pinotrou à qui l'on doit ce "remède" nous en parle : l'homosexualité serait un fardeau divisant le peuple depuis une éternité déjà, "c'est un défaut génétique de naissance qui empêcherait l'enfant de développer des besoins primaires de reproduction, pervertissant l'esprit et réduisant petit à petit les chances d'entrer au paradis pour Benoit et Vanessa, les deux premiers cobayes de ce nouveau patch mettant à jour leur plus bas instinct."

 

Le principe de ce patch consisterait à échanger le désir communiqué entre deux individus de sexe opposé "atteints d'homosexualité" en plaçant le patch directement sur leurs parties génitales, pour ensuite l'échanger à intervalles régulier. Cela permettrait donc à l'un d'éprouver du désir pour l'autre, et purgerait alors "toutes pensées impures liées à cette erreur de fabrication."

 

"Au début je n'étais pas d'accord avec l'idée, j'ai toujours aimé les grosses poitrines et l'idée de colmater des trous avec tout ce qui me passait sous la main m'excitait profondément" nous confie Vanessa, artiste, toxicomane et féministe à mi-temps "mais en ce moment je n'ai personne dans la vie et j'ai besoin de l'argent donné pour l'expérience parce qu'avouons-le, la prostitution entre gouinasses c'est vraiment d'la chiasse".

 

"Je ne comprends pas ce qui m'arrive, j'ai toujours aimé prendre tout ce qui me passait sous la main pour détériorer mes parois anales, et aujourd'hui, l'idée simple d'aller chier me dégoûte" tient à préciser Benoit, tennisman, végétalien et écrivain à mi-temps, "je ne vois plus aucun intérêt à travailler mon corps, j'ai perdu goût à l'écriture et j'ai de soudainement pris goût à la viande" 

 

Le test a prouvé contre toute attente que "l'espoir" n'était pas perdu, nos deux patients ont été relâchés et ont quitté leur carrière pour se concentrer sur l'art de la pornographie à plein temps. "Nous pensons que 38h de travail par semaine ne suffiront pas pour rattraper le temps perdu et invitons toutes personnes dans notre situation à partager cette expérience avec n'importe quel autre victime atteinte d'homosexualité".

 

"Vous n'aurez désormais plus à craindre la différence et pourrez enfin vivre de manière saine et catholique, la rédaction vous souhaite bon rétablissement à vous et à vos proches malades.", conclut le docteur Pinotrou alors qu'une enquête est ouverte.

Écrire commentaire

Commentaires : 0