Il refuse une chimiothérapie pour sauver le commerce de son coiffeur

Paris - Michel Maloveuche est sans doute notre héros de l'année : la semaine dernière, on l'informe que son cancer du poumon est au stade trois. Si ses ganglions lymphatiques et ses organes sont gravement atteints, Michel a su se montrer citoyen :

 

"Ça fait un an et demi qu'on m'a diagnostiqué cette saloperie. J'aurais pu faire une chimio, ouais peut-être. À l'origine c'était une petite tumeur au poumon droit, maintenant ça s'étend au diaphragme et à la plèvre. Quand on m'a conseillé la chimio, j'ai refusé tout net.

Vous voyez, moi j'habite dans un quartier où y a un petit coiffeur. Le mec super sympa et tout, il vous embête pas, il pose pas de questions débiles sur la météo, il coupe les tifs pour douze euros.

Je me sentais pas de plomber son commerce en perdant mes cheveux. Je préfère l'aider à vivre en lui filant douze à vingt euros par mois. J'ai peut-être un poumon mort mais j'ai un coeur en vie et il bat pour des mecs comme lui."

 

Jeannot, ledit coiffeur, ne dissimule pas son émotion :

 

"Je suis touché. Il aurait pu se faire soigner mais il choisit de m'aider à vivre parce qu'il sait qu'un client de moins pendant plusieurs mois c'est un danger pour mon commerce. Il a ma gratitude et des réductions à vie."

 

Le père de Michel n'est pas du même avis :

 

"Il est con, j'y serais allé à sa place moi chez son coiffeur. Maintenant c'est trop tard. Faut se soigner ! Moi-même j'ai un cancer et Alzheimer. Enfin ça pourrait être pire, au moins j'ai pas le cancer."

 

Bravo Michel !

Écrire commentaire

Commentaires : 0