Paris V - Des hyènes lâchées dans les amphis de médecine pour éliminer les étudiants les plus faibles

La première année commune aux études de santé-ou PACES, est difficile tant pour les étudiants que pour les admninistrations des universités : les effectifs sont trop élevés, le taux de réussite au concours de médecine est faible, il en va de même en pharmacie... La direction de l'université d'études biomédicales de Paris V a décidé ce matin de prendre les devants et de lâcher deux hyènes géantes créées en laboratoire afin d'éliminer certains élèves pendant le cours d'histologie.

 

Charbel Massaad, directeur du département, explique : 

 

"L'idée, c'était de ne pas laisser des gens vivre sans aucun espoir. Il n'y a rien de pire. Lâcher des hyènes, c'est tuer les plus faibles et leur rendre service, nous n'avons pas besoin d'étudiants peu motivés. Quand on vient ici, on assume.
La seconde idée c'était de faire paraître ces études plus accessibles. Nous avons perdu cent trente élèves aujourd'hui, ces cent trente cadavres sont autant d'étudiants qui ne compteront pas dans les statistiques et le taux de réussite passera peut-être à vingt-cinq voire trente pour cent !"

 

Nul doute que l'idée plaira en Droit et dans les CPGE.

Écrire commentaire

Commentaires : 0