Loi sur la fessée : que faire des têtes de cul ?

Sept français sur dix s'opposent à une interdiction de la fessée. La loi est donc loin de plaire à tout le monde, mais c'est l'Union Européenne qui la demande, aussi nous devrions d'ici peu être condamnables pour tout coup porté sur les fesses en dehors d'un contexte sexuel non pédophile.

 

Laurence Rossignol, secrétaire d'état à la famille, a encouragé à une réflexion collective sur l'utilité des châtiments corporels.

Le résultat est sans appel : 95% des intérrogés répondent "Ça fait un bien fou." et interdire la pratique ôterait à beaucoup de français un loisir et une pédagogie qui leur sont essentiels.

De plus, et c'est là le gros point sensible de la loi, les têtes de cul deviendraient intouchables et "si on peut plus éclater la gueule à Jojo on fout quoi ?" demande Richard, 51 ans, habitant à Rennes.

 

Artillerie Lourde, en partenariat avec Michel Corniaud, condamné huit fois pour coups et blessures, a cherché pour vous quelques alternatives (parfois légales) dans le cas où vous souhaiteriez corriger votre enfant, celui d'un autre ou encore un adolescent trop laid et sûr de sa supériorité acnéique.

 

•Portez des gants. Ça reste une fessée mais vous ne laisserez aucune trace d'ADN sur le popotin de votre victime.

•La surface corporelle d'un enfant de dix ans est en moyenne de 1,15m², les fesses n'en sont qu'une infime partie. Visez le ventre, les genoux, les doigts de pieds et dites que "ce petit con s'est cogné".

Apprenez à vos enfants à se fesser eux-mêmes. Si votre fille ou votre fils se frappe le cul jusqu'au sang, c'est son oeuvre et pas la votre. 

•Poussez les têtes de cul contre des arbres ou des poteaux. L'affaire Clément Méric nous a prouvé l'efficacité de la méthode, et tout le monde a oublié le nom du coupable mais a retenu l'intervention du poteau.

•Une accusation nécessite des preuves ! Passez de la pommade (bépanthen, etc) sur le fessier tanné et adieu les marques !

•Le problème n'est pas la fessée mais le cri de douleur de l'enfant qui vous rend immédiatement suspect. Utilisez du scotch épais pour faire taire votre victime.

 

La rédaction.

Écrire commentaire

Commentaires : 0