Il vainc sa peur de mourir seul en devenant conducteur de car

Créteil - Marcelin Talensse, 51 ans, est un homme comme les autres au premier abord. Divorcé, il ne peut que rarement voir sa fille de 17 ans, sa situation est banale mais Marcelin a une tumeur dans la cuisse gauche.

Il explique "C'est soignable mais ça m'a fait prendre conscience de deux choses. D'abord, j'ai encore beaucoup à faire, et ensuite je ne veux pas mourir seul. Je n'ai plus de famille, je ne suis pas bien beau alors vivre en société est un combat quotidien."

 

Monsieur Talensse ne s'est toutefois pas laissé abattre. Dès sa sortie de l'hôpital, il a cherché un travail dans lequel il pourrait à la fois servir la communauté et vaincre sa peur de mourir seul.

"Je suis donc devenu conducteur de car. Les gens sont contents que je les amène de chez eux à n'importe où, et surtout si j'ai un accident je ne mourrai pas seul, je serai entouré de gens reconnaissants et détendus puisque je conduis un car et non pas un bus, donc je fais des trajets tranquilles.

Franchement si j'ai un accident et que mon car s'explose contre un pont ou que sais-je, j'espère que ce sera un jour où je bosserai pour un centre aéré. Il n'y a rien de plus attendrissant que de voir tous ces visages enfantins et joyeux dans mon car."

 

Ses concitoyens sont assez admiratifs, nous avons interrogé Josianne, 62 ans, qui n'a pas tari d'éloges concernant Marcelin :

"C'est rassurant de voir que de tels hommes existent encore. Il combat ses peurs en servant la société. Franchement s'il a un accident j'espère être dans son car parce qu'à mon âge on espère juste ne pas clamser dans un hôpital, entouré par sa famille de merde alors qu'on est la seule personne qui ne sortira pas de la chambre."

Écrire commentaire

Commentaires : 0