9 hommes sur 10 ne sont pas préparés à recevoir un coup de pied dans les testicules.

L'étude la plus douloureuse mais également la plus complète sur l'anatomie de l'humain de sexe masculin est enfin terminée.

Plus de deux mille volontaires et quatre années de travail auront été nécessaires pour générer puis analyser les données et témoignages amassés par l'équipe du docteur ukrainien M. Kulik, qui se dit aujourd'hui "fier d'avoir pu dissiper les doutes de milliers d'hommes". 

 

La problématique de l'équipe de chercheurs était la suivante : 

"Soit A un individu mâle sain en pleine possession de ses testicules et de ses capacités nerveuses. Si un objet pédimorphe le heurte à une vitesse supérieure à 3 mètres par seconde, sécrète t-il bien une quantité de ß-endorphine correspondant à un état de souffrance aiguë ?"

 


D'aucuns prétendaient que non, et que la majorité des individus de sexe masculins n'avaient aucune réaction suite à ce que Kulik appelle plus simplement l'archétype d'un pied dans les noix.

 

Les volontaires (2041 personnes très exactement) ne savaient pas qu'ils participaient à cette expérience scientifique, ils avaient simplement mis leur corps à disposition pour une durée allant de deux mois à quatre ans.

 

Le docteur Kulik explique : "Voyez-vous si nous avions donné de plus amples explications aux cobayes, trop d'entre eux se seraient préparés, entraînés ou que sais-je. Il nous fallait des réactions naturelles, instinctives, spontanées. Nous leur rendions visite sans les prévenir et mettions en oeuvre notre protocole."


Le bilan de l'expérience est édifiant : 

•4 hommes ont un orgasme
•112 n'ont aucune réaction

•53 répliquent en hurlant mais ne sécrètent pas assez de ß-endorphine.

•40 étaient en fait des femmes
•1842 pleurent en se tenant l'entrejambe, criant à l'injustice et présentent un haut taux de ß-endorphine.

 

Le stagiaire ayant postulé que 1,9% des hommes sont en fait des femmes a été renvoyé mais le reste de l'équipe s'est mis d'accord pour déclarer officiellement que "90,2% des hommes ne sont pas préparés à recevoir un coup de pied dans les testicules".

L'armée se penche, de son côté, sur les 169 sujets présentant une préparation mentale et/ou physique, dont un prêtre ayant subi l'expérience huit fois de suite sans broncher.

Écrire commentaire

Commentaires : 0